Histoire

Comme n’importe quelle autre région de l’Algérie, la zone de Dely Ibrahim durant l’époque coloniale française, avait une réaction révolutionnaire sur l’ennemi, parmi les batailles qui se sont produites dans cette zone, nous comptons « la bataille de Bouchebouk », et qui s’est étalée sur une période de 04 jours (25, 26, 27, 28) du mois de juin de l’année 1830;
Et cela, dans la cour ( حَوْش ) de Dely Ibrahim, tel que, sont arrivées des centaines de paysans venus de différentes régions avoisinantes vers la localité stratégique pour arrêter l’afflux de l’armée coloniale, ils étaient composés de tribus prénommées à l’époque EL FAHS « الفحص » et qui signifie éloquence, et ce sont des personnes de (Zeouaoua, Cheraga, Raselforn, Bouzareah, Oued remane, Shaoula, Birkhadem, Birmandrais,…Etc), Ils ont cherché à bloquer les points d’entrée de la ville sur les forces coloniales, les soldats de l’occupation les ont affrontés avec des armes modernes et sophistiquées pendant que les Algériens se battaient avec des armes primitives à l’épée, à la dague et au bâton, en raison du refus du Dey d’Alger de les armer d’armes modernes par crainte de soulèvement de ces paysans algériens contre le pouvoir ottoman.

Et pendant la bataille des quatre jours, il était supposé que les paysans algériens reçoivent la protection de l’armée Ottomane comme étant une armée Vétérane et régulière, mais contrairement à cela, le Dey d’Alger a demandé à l’armée Ottomane de battre en retraite pour défendre la Casbah et les biens et trésors du Dey.

En conséquence du déséquilibre des forces entre les deux parties, plus de 300 martyrs des paysans sont tombés au champ d’honneur, et qui ont été enterrés par quelques responsables des Zaouiya locales (Zaouiyet Sidi Bouzid, Sid Ahmed Oumalek, Sidi Razouk, Sidi Ahmed Ben Salem ….), et en revanche, l’armée coloniale française a subi de lourdes pertes en vies humaines malgré la tendance des rapports de forces à leur avantage; Notamment le commandant de l’armée française « le Duc des Cars » était présent lors de la bataille, accompagné de membres de l’armée et de quelques assistants du commandant.

Après la fin de la bataille, les colons français en Algérie ont qualifié cette bataille de bataille de Dely Ibrahim, tandis que les familles des martyrs des paysans qui étaient tombés au champ d’honneur durant la bataille l’ont appelée « la Bataille de Bouchebouk », et cela pour déformer le phrase « ouin bouk itchibak », ce qui signifie l’endroit où s’est battu ton père.

Et c’est ainsi que l’histoire inscrivit cette bataille sous le nom de « Les combattants de Bouchebouk affrontèrent la plus grande armée du monde pendant cette période« , que Dieu bénisse les martyrs de l’Algérie.